Don par téléphone

Contacter la fondation de l'Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l'adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3449-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Corps professoral

Marie BROSSIER, Professeure agrégée

M.A (Institut d’Etudes Politiques de Paris)
Master en science politique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Doctorat en science politique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Attaché Temporaire d’Enseignement et de recherche (CERAPS, Université Lille 2)


Marie BrossierDépartement de science politique
Pavillon Charles-De Koninck
1030, avenue des Sciences-Humaines, local 4417
Université Laval
Québec (Québec)  G1V 0A6

Téléphone : 418-656-2131, poste 6142
Télécopieur : 418-656-7861
Courriel : marie.brossier@pol.ulaval.ca

Marie Brossier est professeure adjointe au Département de science politique de l'Université Laval depuis 2012. Ses travaux portent principalement sur les reconfigurations des pratiques du pouvoir et de la citoyenneté au Sénégal. Ils s’articulent autour de la sociologie des mouvements sociaux, du religieux et des institutions et de la politique comparée. Sa thèse de doctorat  intitulée  Quand la mobilisation produit de l’institution. Pratiques de la famille et organisations religieuses au Sénégal  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010) est en cours de publication aux éditions Karthala (collection Les Afriques). Depuis, elle termine un projet de recherche sur la transmission familiale du pouvoir politique en Afrique sub-saharienne (2012-2017 : financement FQRSC Nouveau Professeurs). Elle poursuit également ses travaux sur le religieux au sein d’un nouveau programme sur la comparaison du fait islamique en Afrique de l’Ouest et centrale (2016-2021 : financement CRSH programme Savoir, équipe Université Laval/Université d’Ottawa). De plus elle participe à différents programmes de recherches collectives qui portent sur les élections et la citoyenneté au Sénégal (financement Université Paris 1-Columbia University) et sur l’enjeu de l’internationalisation de l’éducation en Afrique (financement Agence Nationale de la Recherche française  franco-allemand, Université de Bordeaux). Elle est membre de l’Association Française de Science Politique (AFSP), de l’Association des Chercheurs de la revue Politique africaine (ACPA) et siège sur le Conseil d’administration de la Société Québécoise de Science Politique (SQSP) Marie.Brossier@pol.ulaval.ca

 
Intérêts de recherche

Politique comparée; Famille et politique; hérédité en politique; socio-histoire de l’État; sociologie des institutions; démocratisation; alternance politique; mobilisations collectives; sociologie du religieux; notabilités; Afrique subsaharienne; Sénégal

 
Cours enseignés
 
Projets de recherche financés
  • Mosquées Hâjj et partis politiques au Sahel et en Afrique centrale : figures de réussite et entreprenariat religieux(2016-2021) : Subventions Savoir avec Pr. Muriel Gomez-Perez (Dpt Histoire, Ulaval) et Cédric Jourde (Ecole d’Etudes Politiques, UOttawa)

    Depuis quelques années, l'apparition de divers groupes armés se réclamant de l'islam en Afrique de l'Ouest et au Sahel a attiré l'attention des médias, des décideurs politiques et du monde académique. Si la gravité des dynamiques générées par ces groupes armés, du Mali au Nigéria, du Niger au Cameroun, ne doit pas être minimisée, il importe d'éviter les raccourcis analytiques. Les transformations politiques et sociales que vivent les sociétés musulmanes sont protéiformes et complexes. Ainsi, au-delà des mouvements prônant le djihâd armé, et qui ne concernent qu'une infime minorité des croyants de la région, de nouvelles dynamiques font irruption qui, touchent, quant à elles, des portions significatives des sociétés musulmanes ouest-africaines. Notre projet vise à faire la lumière sur l'une d'elles, à savoir l'apparition de nouveaux entrepreneurs socio-politiques islamiques, véritables 'figures de la réussite', qui émergent depuis les marges des hiérarchies sociales habituellement aux commandes de l'islam. Il s'agit ici de femmes, de jeunes, ou encore d'individus issus des « castes » subalternes des communautés ouest-africaines ('anciens captifs'; 'castés'), qui parviennent à contourner les structures de domination en investissant l'islam social et politique. À partir de trois pays où l'islam est nettement dominant (Sénégal), légèrement majoritaire (Burkina Faso), et minoritaire (Cameroun), nous analyserons le parcours de ces entrepreneurs religieux dans trois sites qui sont au cœur de renouveau islamique : la construction de nouveaux complexes mosquées-écoles; la création d'agences organisant le pèlerinage à La Mecque; et la création de listes électorales islamistes.
  • Hérédité et politique : Successions politiques et transmission familiale du pouvoir politique en Afrique subsaharienne.(2013-2017): Subvention FQRSC Établissement nouveaux professeurs-chercheurs

    Bien que le phénomène de transmission du pouvoir au sein d’une même famille ne soit pas nouveau, il reste encore très peu travaillé et fait l’objet d’études par pays qui s’intéressent à la mise en place de véritables familles à la tête de l’Etat. Ce projet veut réinvestir l’étude de l’hérédité comme ressource mobilisée dans le jeu politique en se penchant sur les modes de successions politiques en Afrique et sur les formes de patrimonialisation familiale de dévolution du pouvoir. Dans la continuité de mes recherches de thèse et mobilisant un corpus théorique original, ce projet s’intéresse aux mécanismes héréditaires de transmission du pouvoir en articulant l’analyse de la socialisation du personnel politique, des voies d’accès à la compétition politique, de la transmission familiale et politique des capitaux sociaux et des modes de légitimation de l’exercice du pouvoir.
  • Citoyenneté et élections en Afrique (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/ Columbia University) : subvention du Alliance Program for Joint Projects (2011-2017)

  • Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest francophone (MOPRACS) : subvention de l’Agence Nationale de Recherche Française (ANR), équipe franco-allemande (2012-2016).

  • Membre de l’enquête collective sur l’internationalisation des mobilisations collectives lors du Forum Social Mondial (Dakar, février 2011) menée par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, dirigée par J. Siméant, M.E. Pommerolle et I. Sommier. Équipe transdisciplinaire de 50 chercheurs.
 
Animation de la recherche

Centre de recherche

Co-responsable du Centre Interdisciplinaires de Recherches sur l’Afrique et le Moyen Orient (CIRAM), au sein de l‘Institut des Haute Etudes Internationales (HEI), Université Laval : conférences, séminaires de recherche, midis d’actualité, cycle documentaire

Organisation de colloques scientifiques

  • Co-direction scientifique du colloque «  Une analyse contemporaine des conflits en Afrique » avec Pr. Grignon (Faculté de droit, Université Laval), au sein des HEI, Université Laval avec le soutien du Ministère des Relations Internationales du Québec et de l’Agence Universitaire de la Francophonie  (20-22 mars 2014). Subventions totales obtenues : 27 377 CAD

Panels

  • Co-organisation du panel « Back to the future of political parties in Africa » avec S. Perrot (CERI/Sciences Po Paris) et E. Bouilly (Uni. Paris 1), European Conference on African Studies, ECAS 2015, Juillet 2015, Université Paris 1
  •  Co-organisation du panel « Famille et politique » avec Mathilde Debain (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) aux 3ème rencontre des Études africaines en France, « L’Afrique des/en réseaux », 30 juin, 1 et 2 juillet 2014, CNRS / IEP/ Université de Bordeaux
  • Co-organisation d’une double Section thématique au Congrès 2013 de l’Association Française de Science Politique sur Hérédité et Compétition politique: Le paradoxe de la transmission familiale du pouvoir politique dans les systèmes politiques concurrentiels », avec Gilles Dorronsoro (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), juillet 2013, Sciences Po Paris
  • Co-organisation d’un atelier sur « La production des notables dans l'Afrique contemporaine : Nouvelles figures, nouvelles pratiques? », avec Emmanuelle Bouilly (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) dans le cadre du RTP Etudes Africaines « Réinventer l’Afrique », discutant: J. P. Warnier, septembre 2010, Sciences Po Bordeaux

Séminaires

  • Co-organisation du séminaire départemental « Les midis de science politique » avec Pr. Ece Atickan, Département de science politique, Université Laval (2013-2014)
  • Co-organisation d’un séminaire sur « Femmes, genre et mobilisations collectives en Afrique » avec E. Bouilly et O.Rillon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne (CRPS) et Centre d’Etudes des Mondes Africains (CEMAf), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France (2011-2013)

Journée d’étude

Co-organisation d’une journée d’étude sur « La crise au Mali : enjeux et perspectives d’analyse»  avecPr. Marcoux (professeur, département de sociologie, Université Laval), Université Laval, Québec, en collaboration avec l’Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF), Institut Hautes études internationales (HEI), Bureau des Amériques de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).

 
Publications

Ouvrage 

Brossier M., Famille, religion et politique au Sénégal, Editions Karthala, collection « Les Afriques », 2016. Thèse de doctorat  en cours de publication avec l’aide du Conseil Scientifique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Direction de numéros spéciaux dans Revues à comité de lecture

Brossier M. & Dorronsoro G. (dir.), « Dossier : Hérédité et compétition politique : Le paradoxe de la transmission familiale du pouvoir politique », Critique internationale, n°73, octobre-décembre, 4/2016

Brossier M., Gomez-Perez M. (dir.), « Dossier : Etre femme en Afrique subsaharienne : la fin des « cadets sociaux » ? », Recherches féministes, vol.29, n 2, 2016

Ouvrages collectifs

Co-rédaction d’un ouvrage sur Faire l’école en Afrique, accepté par les éditions Karthala, à paraître à l’automne 2016 dans le cadre du programme de recherche MOPRACS

Proposition d’un ouvrage collectif co-dirigé avec J. Grignon (Droit, Ulaval) intitulé Law as a weapon : Case studies from sub-Saharan Africa, soumis à Cambridge University Press

Articles dans revues à comité de lecture

Brossier M., “ Senegal’s Arabophones: from transnational education to linguistic and political mobilisation in a Muslim Country”, Mediterranean Politics, special issue 2016 (soumis le 22/02/2016, modifications envoyées le 04/06/2016)

Brossier M., “Political participation and religious injunctions: Muslim activism in the scope of political turnovers since 2000 in Senegal“, Journal of modern African Studies, soumis le 08/11/2015

Brossier M., «  Penser la participation politique par l’impératif religieux : trajectoires d’engagements musulmans au Sénégal », Revue Internationale de Politique Comparée, dossier coordonné par C. Goirand sur "Logiques de la participation politique", vol. 20, 4, 2013, pp. 190-210

Brossier M., « La crise de l’autorité dans la famille au Sénégal et en France aujourd’hui : Comment penser le décloisonnement des études sur l’Afrique ? », dans le dossier « On dirait le Sud », Autrepart, n°41, Paris, janvier 2007, pp. 99-111

Brossier M., « Les débats sur le Code de la famille au Sénégal : une mise en question des fondements de l’autorité légitime ? », Politique africaine, déc. 2004, Paris, pp.78-98, dans le dossier « Sénégal 2000-2004, l’alternance et ses contradictions »Politique africaine, déc. 2004, Paris, pp. 78-98

Contributions à des ouvrages collectifs à comité de lecture

Bouilly E. & Brossier M., « Senegal », in S. Elisher, R. Hofmeier, A. Mehler and H. Melber (eds), Africa Yearbook Volume 12 : Politics, Economy and Society South of the Sahara in 2014, Brill, oct. 2016, à paraître

Bouilly E. & Brossier M., « Senegal », in S. Elisher, R. Hofmeier, A. Mehler and H. Melber (eds), Africa Yearbook Volume 11 : Politics, Economy and Society South of the Sahara in 2014, Brill, oct. 2015, pp.148-157

Bouilly E. & Brossier M., « Senegal », in A. Mehler, H. Melber and K. van Walraven (eds), Africa Yearbook Volume 10, : Politics, Economy and Society South of the Sahara in 2013, Brill, oct. 2014, pp. 167-175

Brossier M., « La production des savoirs militants dans la confrérie mouride au Sénégal », in D. Gary-Tounkara, D. Nativel (eds), L’Afrique des savoirs au Sud du Sahara (XVIè-XXIè s.): Acteurs, supports, pratiques, Editions Karthala, Paris, 2012, pp. 263-285

Recensions d’ouvrages

F. Osella and B. Soares (eds), Islam, Politics, Anthropology. Oxford: Blackwell, 2009. Pour la Revue Religion and Society: Advances in Research, n°1, vo. 1, 2010, pp. 187-188

Working paper

Brossier M., « Norms and practices of the family and politics in Senegal: The benefits of a cross-atlantic scientific approach »,Working Paper, Institute of African Studies, SIPA, Columbia University, New-York, Juillet 2008, 16 p.

 
Communications (récentes)

Congrès et colloques internationaux

Brossier M., « Dynasties politiques en Afrique et guerres d’héritiers au Sénégal (2000-2016) », Rencontres des Etudes Africaines en France, Inalco, juillet 2016, Paris, France

Brossier M., «Formes et évolutions du fait islamique au Sénégal et en Afrique de l’Ouest »Forum St-Laurent sur la sécurité internationale (HEI Ulaval, Chaire Raoul-Dandurand Uqam, Cerium Udem), Mai 2016, Québec

Brossier M. « Le fils préféré ? Luttes entre héritiers politiques et biologiques au Sénégal depuis l’alternance (2000-2014) », Section Thématique « Pour une politique des émotions » dirigée par A. Faure et E. Négrier, Congrès AFSP 2015, juin 2015, Sciences Po Aix, France 

Brossier M. & Hugon C., “Une politique « arabisante » au Sénégal ? Trajectoire socio-historique de l’Etat sénégalais à travers sa politique linguistique et éducative”, Colloque "Gouverner l'Ecole aux Suds", conférence internationale organisée par le programme de recherche ANR MOPRACS (Modèles, pratiques et cultures scolaires en Afrique de l’Ouest francophone), Février 2015, Sciences-Po Bordeaux

Brossier M., « From Fathers to Sons: Familial Transfer of Political Power as a New Pattern of Political Governance in Africa? », American Political Science Association (APSA) Annual Meeting, Chicago, Etats-Unis, Aout 2013

Brossier M., « From Religious Imperative to Political Participation : Muslim Charismatic Leadership and Political Mobilisation in Senegal », European Conference on African Studies (ECAS 2013), Lisbonne, Juin 2013

Brossier M., « L’alternance politique au Sénégal à l’épreuve d’une dévolution familiale du pouvoir : Comment repenser les temporalités de l’action politique légitime ? », Congrès de l’Association Canadienne des Etudes Africaines, Université Laval, Mai 2012

Brossier M., « De l’espace domestique à l’espace public : Logiques de mobilités entre espaces sociaux et trajectoires militantes de la participation politique. Etude de cas d’un mouvement de militantisme musulman au Sénégal », Colloque « S’engager dans les espaces publics : participation politique et engagements multiples », CERI, Sciences-Po Paris, Avril 2012

Journées d’études et séminaires

Brossier M, «  Co-production de la famille et du politique au Sénégal », avec Marième Ndiaye au sein du Séminaire de la Chaire d’Etudes de la France Contemporaine, Université de Montréal (UdeM), 17 mars 2014

Brossier M, « De père en fils : Peut-on parler de transmission familiale du pouvoir politique en Afrique subsaharienne?”, Séminaire du Groupe d’Etudes et de Recherches sur l’Afrique (GIERSA), Université de Montréal (UdeM), Québec, 14 Février 2013

 
Engagement associatif

Membre de l’Association des Chercheurs de Politique africaine (ACPA) (depuis 2011)
Membre de l’American Political Science Association (APSA) (depuis 2013)
Membre de l’African Politics Conference Group (APCG) (depuis 2013)
Membre de l’Association Française de Science Politique (AFSP) (depuis 2004)