Don par téléphone

Contacter la fondation de l'Université Laval au 418-656-3292


Don par la poste

Imprimer cette fiche remplissez-la et postez-la avec votre paiement à l'adresse suivante :

Faculté des sciences sociales
Pavillon Charles-De Koninck
1030, av. des Sciences-Humaines
Local 3449-E
Québec (Québec) G1V 0A6

Emplois en science politique

Perspectives d’emploi en science politique

Les titulaires d’un diplôme en science politique étudient les systèmes et les institutions en vue d’acquérir et de transmettre une meilleure compréhension des phénomènes liés à l’exercice du pouvoir à tous les paliers de gouvernement et au plan international. À cette fin, ils analysent, expliquent et commentent l’actualité politique locale, nationale ou internationale, dégagent les enjeux et les facteurs d’influence (situation économique, problèmes sociaux, opinion publique, groupes de pression, relations diplomatiques, etc.) à l’origine des événements et des décisions politiques et tentent d’en prévoir les conséquences.

Secteurs et types d’emploi 

Selon le niveau de formation atteint et le secteur de spécialisation, les personnes formées en science politique peuvent se consacrer à l’enseignement, à la recherche, travailler à la préparation de diverses publications (rapports de recherche, articles, ouvrages spécialisés, etc.), œuvrer dans l’administration publique, les relations publiques ou le journalisme. 

Les employeurs principaux se retrouvent se retrouvent dans la fonction publique et parapublique, les villes et municipalités, les firmes de communication et de relations publiques, les firmes d’experts-conseils, les médias, les maisons de sondages, les groupes de pression, les partis politiques, les bureaux de ministres et députés, les syndicats, les organisations communautaires, les organismes de développement régional, les organismes en relations internationales, les centres de recherche, les associations et ordres professionnels, les maisons d’enseignement. 

Les personnes titulaires d’un baccalauréat en science politique ou d’un baccalauréat intégré en économie et politique vont généralement poursuivre une carrière d’analyste, de chroniqueur journaliste, de spécialiste en administration publique ou privée, en relations publiques ou en développement socioéconomique. Quant aux titulaires d’un baccalauréat intégré en affaires publiques et relations internationales, ils se dirigent généralement vers des carrières semblables à leurs collègues de science politique ou d’économie et politique, mais le plus souvent à l’international. 

Les personnes titulaires d’une maîtrise en science politique ou en affaires publiques vont plus particulièrement occuper des postes de niveau supérieur dans les services de planification ou d’évaluation ou dans les services de recherche des organisations publiques, parapubliques et privées.

Tendances d’avenir  

Le départ à la retraite de nombreux professionnels des ministères ou organismes gouvernementaux cause aux gestionnaires de nombreux problèmes de relève et de recrutement à l’heure actuelle et laisse entrevoir des possibilités de carrières dans les secteurs publics et parapublics. Cette situation devrait perdurer dans les prochaines années.

Fonctions et responsabilités  

Les principales fonctions confiées aux diplômés de science politique sont la recherche, la consultation, l’analyse, l’élaboration et l’évaluation de politiques, la rédaction de rapports, d’études, de bilans dans les organisations politiques et les mouvements sociaux, la coordination de projets pour divers groupes d’intérêt et groupes communautaires, l’organisation de processus importants de la vie démocratique comme les consultations publiques et les commissions législatives, la réalisation et l’analyse de sondages d’opinion ou d’enquêtes, l’interprétation de statistiques, l’élaboration, la mise à jour et l’analyse de banques de données en politique, le travail dans les médias écrits et électroniques à titre de journalistes, de chefs de pupitres ou de recherchistes, le travail d’attachés politiques dans les cabinets ministériels ou dans les partis politiques, la collecte et la transmission des informations dans toutes les instances importantes de la gestion publique.

Qualités recherchées 

Selon Ressources humaines et développement des compétences Canada, les personnes œuvrant dans le domaine de la science politique doivent posséder une bonne culture générale et démontrer de l’intérêt pour les sciences sociales, être à l’affût de l’actualité et des grands débats sociaux, communiquer efficacement à l’oral et à l’écrit, posséder des habiletés et de l’intérêt pour la recherche, être capable de vulgariser efficacement les données techniques et de mettre en perspective divers éléments spécifiques et avoir les qualités personnelles suivantes : curiosité intellectuelle, minutie, capacité d’analyse et de synthèse, habileté à travailler en équipe, aptitude à la conceptualisation et à la résolution de problèmes. Le bilinguisme et des études supérieures dans le domaine sont des atouts. 

Choisir la science politique et en faire une carrière, c’est donc se passionner pour l’organisation de la vie politique et sociale, avoir le goût d’analyser et de résoudre des problèmes, aimer convaincre et rassembler, prendre des décisions et assumer des responsabilités, avoir un bon sens critique et stratégique, être un bon communicateur, à l’oral et à l’écrit, être polyvalent et posséder de bonnes qualités d’observation et d’adaptation, faire preuve d’initiative, d’intégrité et d’objectivité.

Salaires 

  • Baccalauréat en science politique : 838,50 $
  • Baccalauréat intégré en économie et politique : 784,79 $
  • Baccalauréat intégré en affaires publiques et relations internationales : 838,50 $
  • Baccalauréat intégré en philosophie et science politique : 784 $
  • Maîtrise en affaires publiques et la Maîtrise en science politique : 1048,78 $$

Données de l’enquête Relance 2013 réalisée par le ministère de l’Éducation.

Taux de placement

  • Baccalauréat en science politique : 91,8%
  • Baccalauréat intégré en économie et politique : 87,8%
  • Baccalauréat intégré en affaires publiques et relations internationales : 91,8%
  • Baccalauréat intégré en philosophie et science politique : 87,8%
  • Maîtrise en affaires publiques et la Maîtrise en science politique : 91,5%

Données de l’enquête Relance 2013 réalisée par le ministère de l’Éducation.

Voir aussi l’analyse de marché du Service de placement de l'Université Laval : http://www.spla.ulaval.ca/analyses-marche-emploi/fss/science-politique.